Manifeste de la résilience

Capture d'écran 2020-05-26 10.09.43Capture d'écran 2020-05-26 10.09.35

Date : 7 mai 2020

Auteurs : Frédéric Losfeld – Sylvain & Alexandrine Loubradou

A qui est destiné ce manifeste ?

Aux organisations et à tous ceux qui les composent. La nature de ces organisations peut être très variée, même si nous sommes partis des entreprises, qu’elles soient publiques ou privées.

Quelles sont nos motivations pour la résilience ?

Nous avons la conviction d’être entrés avec la pandémie du Covid-19 dans une période de troubles profonds, globaux et sans limite claire dans le temps. La concordance de multiples facteurs d’incertitude de grande ampleur (climatique, énergétique, sanitaire, écologique, sociétale, géopolitique, économique) font que nous ne pouvons pas savoir ce qui déclenchera la prochaine crise, mais qu’il y a une certitude, c’est qu’elle surviendra.

Dans ce contexte tout à fait nouveau pour nous, et rare dans l’histoire de l’humanité, nous partageons la conviction que la résilience va devenir le facteur principal d’appréciation des organisations, et qu’il faut s’y préparer. C’est l’opportunité d’une renaissance joyeuse, l’occasion de faire le ménage et de faire du neuf, d’agir en se faisant plaisir à inventer le saut de complexité qui se présente à nous. De la contrainte naît la créativité.

Pour quelles finalités ?

Ce manifeste a pour intention de :

  • clarifier pour la partager une vision de la résilience
  • développer les synergies et fédérer les bonnes volontés
  • proposer des principes d’action pour guider sur le chemin de la résilience

Ethique et valeurs de notre manière d’agir

  • Fluidité et agilité
  • Sagesse et intelligence collective
  • Regard résolument positif et lucide sur l’avenir
  • Bienveillance et inclusion
  • Action inscrite dans une dimension sociétale et environnementale
  • Démarche articulée du général au détail

 4 Valeurs de la résilience

  • Permettre à chacun d’être acteur
  • Développer l’intensité et la qualité des interactions sociales
  • Observer le Réel pour décider, tant en interne qu’en externe
  • Rechercher la pérennité

10 Principes d’action

La résilience est une démarche systémique. Elle s’intéresse en même temps à 3 niveaux en particulier, et aux interactions entre eux : l’organisation, les équipes, les individus. Chaque principe décrit ci-dessous s’applique à ces 3 niveaux, ainsi qu’à leurs interactions.

La résilience se constate après coup (la résilience s’éprouve), elle se prépare longtemps avant. Cette préparation n’est pas une évaluation des risques mais un travail sur les incertitudes.

La résilience est le moyen de transformer les crises en opportunités, les traumatismes en renaissances.

Être lucide sur sa propre situation et son état général est le point de départ essentiel de toute démarche de résilience : connaître ses forces, reconnaître ses vulnérabilités. A cet effet, un référentiel d’évaluation de la résilience est proposé.

Le développement des compétences individuelles et collectives nécessaires pour résister aux crises d’un monde / écosystème devenu chaotique et rebondir est le coeur de la démarche de résilience. La résilience n’est pas un état à atteindre, mais un processus continu.

La qualité de résilience est fondamentalement liée à la notion du juste niveau d’interdépendance : la densité et proximité du maillage des réseaux interne et externe de l’organisation, la vivacité de ses interactions, la réalité des échanges, la capacité et la volonté d’entraide de ses membres, le partage des ressources et de l’information pertinente.

Cela impose de prêter attention aux équilibres entre court terme et long terme, entre courte distance et longue distance, entre stocks et tension des flux, entre capacité d’action et impacts sociétal et environnemental.

En cela, les interactions sociales et les dimensions humaine et sociale sont clés. Être capable de les améliorer, de les cultiver et de les faire fructifier est également clé.

Se préparer à la résilience implique d’abandonner les schémas de pensée établis / croyances implicites, ce qui nécessite un esprit de lutte et de révolte contre les schémas établis, et sortir des chemins qui nous ont menés là pour se réinventer.

La résilience est un engagement : une personne, comme une organisation résiliente, comprend qu’elle est l’architecte de sa propre joie et de son propre destin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *