Seconde vague, vous vous y préparez comment ?

Nous sommes « dans le monde d’après ». Ce n’est ni le retour au « monde d’avant », ni l’émergence de quelque chose radicalement nouveau. Nous sommes dans un entre-deux incertain et flou où la COVID est toujours là, contraignant à la cohabitation au quotidien avec la nécessité de continuer nos activités. Tout simplement parce que la Vie s’écoule et qu’elle ne peut pas être confinée. Alors, cette seconde vague, vous vous y préparez comment ?
C’est bien de résilience dont nous sommes en train de parler. Pour cerner le sujet et vous permettre de surfer sur la seconde vague plutôt que de boire la tasse, je vous propose 3 questions pour réfléchir ensemble.

 

boire la tasse

Que faites-vous ?

Vous avez posé les plaques de plexiglas entre les bureaux et sur les bornes d’accueil. Vous avez condamné un bureau sur deux dans l’open space. Vous avez mis en télétravail une grande partie de vos collaborateurs. Vous avez activé tous les mécanismes d’aide que le gouvernement a mis en place pour venir en aide aux entreprises. Et maintenant, que faites-vous ?

 

hygiaphone

 

J’ai l’impression d’enfoncer des portes ouvertes, mais la capacité à décider, à faire, à se mettre en mouvement est clé. Combien de fois ai-je entendu rapporter les lenteurs de décision des hiérarchies, leur inertie, voire leur incapacité à trancher ? Passer de la salle de la réunion au terrain semble être devenu un parcours du combattant dont tous ceux qui ont quelque chose à produire ou à délivrer se plaignent. Alors, vous, que faites-vous ? Une bonne façon de mesurer votre action est de chercher à qualifier ce qui a changé :
  • Qu’est-ce qui a changé pour vous et vos collègues suite à la COVID ?
  • Qu’est-ce qui d’après a changé pour un temps et qu’est-ce qui l’est pour de bon ?

Que pourriez-vous faire ?

Sans attendre, un atelier « Apprendre et rebondir en temps de crise » avec vos équipes pour exprimer ce qui a été vécu par chacun lors du confinement, et partager pour se préparer.

 

Flou

 

Ensuite, pour ceux qui ne le vivaient pas déjà, la COVID leur a fait découvrir le management dans l’incertitude. Comment diriger, prendre des décisions quand tout est flou et incertain ? A bien des égards, le sentiment engendré par le confinement et l’après-confinement rappellent ceux d’après une grande catastrophe. Après le 11 septembre, les attentats du Bataclan et de Charlie Hebdo, nous avons vécu des moments de sidération où on se demandait comment on pourrait continuer à vivre, tellement la peur et l’anxiété généralisée siphonnaient nos énergies et nos volontés jusqu’à l’arrêt de toute dynamique. Pour vaincre la peur qui paralyse, il y a des facteurs de résilience très concrets à travailler :
  • appuyez-vous sur l’entraide existante au sein de vos équipes : reconnaissez-la, valorisez-la, encouragez-la. La force de reliance et le soutien entre les membres d’un groupe sont des facteurs clés de résilience.
  • prenez soin de chacun, faite-en sorte que chacun se sente en sécurité. Le sentiment de sécurité en cette période peut prendre de multiples formes (sécurité personnelle, sanitaire, financière, économique, …), alors posez des questions pour savoir de quoi chacun a besoin pour se sentir en sécurité, ne faites pas de suppositions. Et faites de votre mieux pour y répondre.
  • soyez lucide sur la situation et vos propres capacités à faire face. Surestimer (ou sous-estimer) ses compétences et ses ressources clés peut se révéler très dangereux, voire critique. Être lucide, c’est être capable de mentaliser et verbaliser sa propre situation, et donc de la partager. En équipe, ça revient à être capable d’exprimer ses vulnérabilités, ce qui est un marqueur de confiance entre ses membres.
  • Lorsque tout à l’extérieur est incertain, c’est à l’intérieur qu’il faut chercher la certitude. A l’intérieur de l’équipe, donnez du sens pour donner au collectif une direction commune, un but pour se développer à nouveau.
  • A l’intérieur de vous, cultivez la confiance en soi pour développer votre force morale et votre caractère. Mais ça, ça prend du temps, alors sautons au paragraphe suivant.

 mettre en mouvement

Qu’auriez-vous pu faire, mais pour maintenant c’est (peut-être) trop tard ?

“La résilience se constate après coup, elle se prépare longtemps avant”. Autrement dit, ce n’est pas devant l’incendie au dixième étage d’un immeuble que les pompiers se demandent s’ils ont un tuyau assez long pour l’atteindre. A quoi reconnaît-on une organisation résiliente ?

La question est : peut-on être prêt à tout ? Car si tout est incertain, tout peut arriver, il faudrait donc se préparer à tout ? Plus personne n’a les moyens d’être prêt à tout, et qui peut tout imaginer ? Qui par exemple aurait pu prédire le confinement de plus de la moitié de la population mondiale ? On ne peut pas tout prévoir, mais on peut se mettre en conditions de réagir très vite pour mobiliser les ressources nécessaires. Ce qui fera la résilience d’une organisation tient donc plus de ce qui va lui permettre de s’adapter très rapidement et de résister, que de sa capacité à prévoir et stocker de tout. Evidemment, faire des scénarios est essentiel, mais pas pour les appliquer tous : pour faire des choix. Evidemment, stocker de la nourriture, de l’énergie, de l’argent est essentiel, mais pas pour les immobiliser : pour fluidifier et sécuriser.
  • Il y a 3 temps dans la résilience : Rebondir, Résister, Recharger. On résiste pendant la crise, on rebondit avant, on recharge juste après. Prendre de vraies vacances et recharger les batteries pour être prêt pour la seconde vague était essentiel. Reprendre des forces avant d’affronter une nouvelle tempête est primordial, avez-vous pu le faire ? En quel état de forme physique et psychologique se trouve votre équipe aujourd’hui ?
  • Développer une qualité d’entraide hors du commun prend du temps. La cultiver chaque jour est donc primordial, ça devrait être un indicateur de base du tableau de bord de votre entreprise.
  • Enfin, ce qui fait la résilience d’une organisation, c’est son tempérament, son caractère, son identité. C’est évidemment le fruit d’années d’existence passées et à venir. Le caractère d’une équipe en face d’une crise, on fait avec, on ne le change pas. Par contre, prenez le temps de réfléchir à ce que pourrait bien être le tempérament de votre équipe ou votre entreprise : est-elle battante, joyeuse, travailleuse, prudente, audacieuse, familiale, individualiste, tournée sur elle-même, créative ? Vous découvrirez en arpentant ce parcours de questions qu’il y a des caractères plus résilients que d’autres, et qu’il est possible – avec le temps – de travailler ces traits de caractère.
Vieille Vietnamienne buy Réhahn

 

Nous formons et accompagnons les femmes et les hommes de l’entreprise à rebondir. Pour développer votre résilience, faites-vous accompagner ou profitez d’une de nos conférences sur le sujet, contactez-nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *